Dance

Le Jour se rêve

Cie Jean-Claude Gallotta
11.12.2021

With this new show, Jean-Claude Gallotta pays tribute to his New York mentor Merce Cunningham. During three different segments, which are interspersed by solos of the choreographer himself, ten dancers present a succession of duos and ensemble work to the sound explorations of Rodolphe Burger, long-term guitarist of Alain Bashung. The performance celebrates the urge to live. This is dancing at its roots: fiery, free and joyful.

Upcoming performances open to the public

Information

  • Duration 80 min.
  • Language Without words
  • Full price Cat. 1 : 20 €
    Cat. 2 : 16 €

  • Young persons Cat. 1 : 9 €
    Cat. 2 : 8 €

Video

Credits

Chorégraphie
Jean-Claude Gallotta
Musique
Rodolphe Burger
Assistante à la chorégraphie
Mathilde Altaraz
Dramaturgie
Claude-Henri Buffard
Textiles et couleurs
Dominique Gonzalez-Foerster assistée d’Anne Jonathan et de Chiraz Sedouga
Scénographie
Dominique Gonzalez-Foerster, Manuel Bernard
Lumières
Manuel Bernard
Avec
Axelle André, Naïs Arlaud, Ximena Figueroa, Ibrahim Guétissi, Georgia Ives, Fuxi Li, Bernardita Moya Alcalde, Jérémy Silvetti, Gaetano Vaccaro, Thierry Verger et Jean-Claude Gallotta
Crédit image
Guy Delahaye et Joseph Caprio

Production

Production
Groupe Émile Dubois / Cie Jean-Claude Gallotta
Coproduction
Théâtre du Rond-Point ; Scènes Vosges ; Le Manège - Scène nationale de Maubeuge ; Le Grand R – Scène nationale La Roche-sur-Yon ; Malraux - Scène nationale Chambéry Savoie ; L’Archipel - Scène nationale de Perpignan
Avec le soutien de
MC2: Grenoble
Le Groupe Émile Dubois / Cie Jean-Claude Gallotta est soutenu par la Direction régionale des affaires culturelles d’Auvergne-Rhône-Alpes, la Région Auvergne-Rhône-Alpes et le département de l’Isère.

In the press

La Voix du Nord

« Il est un des plus grands chorégraphes de France. Jean-Claude Gallotta est monté sur scène avec des danseurs prodigieux. Grandiose »

SceneWeb.fr

« Avec Le Jour se rêve, Jean-Claude Gallotta revient rôder du côté de Bethune Street, à Manhattan, où, dans les baies vitrées du studio de Merce Cunningham se reflétaient au début des années 80 ses espérances d’apprenti chorégraphe. Le voilà qui vient réinterroger ses sources, sa source : l’abstraction. »