Théâtre

Il n’y a rien dans ma vie qui montre que je suis moche intérieurement

Cie Gare Centrale
15.12.2021

D’où nous vient cette fascination universelle pour les faits divers ? Une femme en fourrure fait irruption sur le plateau. Elle semble perdue. Dans la pénombre, un homme l’observe et la détaille. Un enquêteur ? Un amant ? Ou un potentiel meurtrier qui guette sa proie ? Dans cette pièce qui brouille les pistes comme les codes du polar, qui trouble nos perceptions de la façon la plus énigmatique, nombre de questions restent en suspens.
Une bassine en zinc pouvant contenir un corps. Une scie, un gigot surgelé, un pied de biche ou une tapette à mouche. Une petite salle de bain. Une femme à la recherche de son identité. Un crâne fracassé… Indices obscurs, pièces à conviction mystérieuses, armes du crime potentiel, la compagnie Gare Centrale fouille les bribes de souvenirs de la femme et décèle, dans une ambiance de roman noir, ce qui se niche dans les recoins les plus sombres de l’âme humaine. Mais qui est-elle ?

Prochaines séances ouvertes au public

Informations

  • Durée 60 min (durée estimée)
  • Langue FR
  • Plein tarif Cat. 1 : 20 €
    Cat. 2 : 16 €


  • Jeunes Cat. 1 : 9 €
    Cat. 2 : 8 €

Distribution

De et par
Agnès Limbos
Précieuse collaboration à la première phase de création
Christophe Sermet, Yannick Renier
Lumières
Nicolas Thill
Création sonore
Guillaume Istace
Coaching figurantes
Anastasia Guevel
Crédit image
Christophe Sermet

Production

Production
Cie Gare Centrale
Coproduction
Festival mondial des théâtres de marionnettes, Charleville-Mézières ; Scène nationale Le Bateau Feu, Dunkerque ; La Poudrière, Neuchâtel ; Escher Theater, Luxembourg ; Théâtre de Liège
Partenariat
Westflugel, Leipzig ; Cie du Vendredi, Bruxelles ; Théâtre Varia, Bruxelles.